Dassetto Felice

Sociologue - Anthropologue, Professeur émérite UCL, Membre de l'Academie Royale de Belgique

Envie de rester au courant des derniers articles ?

Abonnez vous au flux Rss

Dassetto F., "Musulmans de l'Europe des Douze: entre un espace vécu et une stratégie d'implantation", in G.Vincent et J.-P.Willaime(eds), Religions et transformations de l'Europe, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 1993: 153-164

Dans un volume qui s'interroge sur la place de la religion dans l'Europe en construction (c'est encore l'Europe des Douze), l'article analyse les processus d'implantation d'une nouvelle dimension des sociétés européennes, celle de l'islam. A l'époque le constat d'une présence définitive de l'islam en Europe était loin d'être évidente. Quelques mois plus tôt j'avais dans la Revue Nouvelle  en Belgique (février-mars 1992: 6-8) un article:"L'islam n'est pas de passage" pour affirmer ce qui n'allait pas de soi à l'époque, à savoir que la présence de l'islam est désormais définitive en Europe.

Felice Dassetto., "Politique d'intégration et islam: en marge de la publication du premier rapport du Commissariat Royal à la Politique des immigrés", in Revue Européenne des Migrations Internationales, 1990, vol.6, n.2: 107-122

Analyse du premier rapport du Commissariat royal à la Politique des immigrés  et sur la gestion de l'islam par l'Etat. On est au lendemain de la première élection de l'Exécutif des musulmans de Belgique.  L'article s'interroge sur la transition des générations dans le devenir de l'islam et de sa gestion: une question qui reste ouverte.

Dassetto F., "Visibilisation de l'islam dans l'espace public", in A.Bastenier et F.Dassetto (eds), Immigrations et nouveaux pluralismes. Une confrontation de sociétés, Bruxelles, De Boeck, 1990: 179-208

Sur base d'une approche historique inspirée par le concept de cycle migratoire, cet article analyse le processus par lequel l'islam se rend visible -entre autre par le biais des mosquées- dans l'espace public. La réalité est celle de la fin des années 1980. Le double concept venant de Niklas Luhmann d'intégration systémique et d'intégration sociale sert à montrer le déphasage entre une forte intégration systémique de l'islam  (en termes légaux) et sa faible ou réduite intégration sociale. Les choses ont changé depuis, mais plus de vingt ans après, le déphasage reste, même s'il se pose dans des termes nouveaux. L'analyse porte une attention particulère à la Belgique mais peut être étendue à l'ensemble de l'espace européen.

Allievi Stefano et Felice Dassetto, Il ritorno dell'islam. I musulmani in Italia, Roma, Iscos-édizioni Lavoro, 1993, 291p.

Une des premières enquêtes de type sociographique sur la présence musulmane, les lieux de culte en Italie, par région italienne.  Comme en Espagne, la présence de musulmans à la suite des migrations moderne a commencé en Italie dans les années 1980, plus de vingt ans après les pays nord-européens. L'éventail des origines des musulmans en Italie est très large: Maghreb, Egypte, Afrique occidentale, Somalie, Moyen Orient, Balkans. Sont absentes les populations d'origine turques.

Le titre de l'ouvrage "le retour de l'islam" fait référence à la première présence musulmane en Sicile et dans l'Italie méridionale entre le 8° et le 12° siècles.

Dassetto Felice et Albert Bastenier, Medias u akbar. Confrontations autour d'une manifestation, Louvain-la-Neuve, Ciaco éditeur,1987, 123p.

Le 20 avril 1986 a eu lieu à Bruxelles une manifestation contre les bombardements américains d'infrastructures des villes de Tripoli et Benghazi, qui ont causé des morts parmi les civils. Ces bombardements étaient un enième épisode de la tension croissante entre la Libye de Gheddafi et les Etats-Unis. Le dernier épisode, auquel les USA entendaient répondre, avait été un attentat à une discothèque de Berlin fréquentée par des militaires américains et qui causa la mort de deux militaires et 200 blessés.

Cette manifestation était lancée par des mouvements anti-impérialistes belges et arabes. Mais, concrètement, la manifestation fût prise en main par des groupes islamistes et khomeynistes. Elle se déroula à l'enseigne du cri "Allah u akbar" et de "Mort à l'Amérique et gloire à l'islam". Le bombardement américain qui entendait  être une représaille contre régime libyen fût lu comme un bombardement "contre l'islam".

Cette manifestation fût  largement répercutée par les médias (bien que les journalistes aient été pratiquement absents lors du dimanche après midi de cette manifestation) et fût objet de larges débats politiques.

Cet ouvrage analyse par une enquête de sociologie immédiate le déroulement de la manifestation ainsi que la réaction des médias et de la classe politique.

On y analyse le rôle des médias: les images projectées le soir même par RTL, la RTBF, la VRT ont surpris tout le monde y compris les msulmans eux-même. Nombreux ont été choqués. Un islam politique "se donnait à voir". En plus il se donnait à voir non seulement sous l'angle sunnite mais également chiite (on était à  quelques années après l'arrivée au pouvoir de Khomeyni et le chiisme avait une allure fort militante). La puissance des images a été grande, les journalistes étaient totalement désarçonnés. On lisait la réalité d'ici avec les yeux de ce qui se passait dans des pays musulmans. La couverture mass-médiatique sélectionna, transforma et, finalment, figea l'évenment par la puissance de ses images: Bruxelles était devenu Téhéran ou Beyrouth.

Au dela des raisons spécifiques de cet évenement, cette manifestation a été un événement révélateur, tant pour les musulmans que pour les non-musulmans, des enjeux liés au devenir de l'islam européen et des enjeux ouverts pour le vivre ensemble.

Ce petit livre a été utilisé comme étude de cas pour une réflexion critique dans des écoles de journalisme.