Dassetto F., L’Iris et le croissant. Bruxelles et l’islam à l’épreuve de la co-inclusion, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, 2011, 376p.

La présence musulmane à Bruxelles est importante. Sa densité est une des plus importantes d’Europe. Elles proviennent avant tout de Turquie et du Maroc. Mais sont arrivées au fil du temps des musulmans originaires d’Afrique sub-saharienne, du Moyen Orient, des Balkan, d’Asie. Les échos du devenir du monde musulman résonnent de manière sensible parmi ces nouveaux citoyens bruxellois.

 

Les musulmans sont des électeurs. Ces personnes ont le plus souvent la nationalité belge. De nombreux élus d’origine musulmans sont présents dans les conseils communaux, régionaux et dans les enceintes fédérales.

 

Une partie importante des musulmans bruxellois s’affirme croyante. Nombreux sont les pratiquants. L’islam forge leurs identités. Depuis leur première présence au début des années 1960, les croyants ont crée des dizaines d’associations et des mosquées. De nombreux courants traversent le monde religieux musulmans : des mystiques soufis aux militants politiques, des rigoristes aux pragmatistes.

 

A la suite d’une recherche de terrain cet ouvrage décrit de manière approfondie cette réalité multiple qui fait partie du paysage bruxellois et qui est souvent méconnue. Elle est en train de refaçonner la ville.

 

Bruxelles est transformée par cette nouvelle présence. L’Iris bruxellois inclut aussi le Croissant de l’islam. Pendant les dernières décennies dans les écoles, dans les administrations publiques, dans les quartiers se sont forgées des relations. Mais des polémiques et des controverses ont surgit. Les musulmans et les non-musulmans sont de plus en plus appelé à penser leur vivre ensemble sous peine de voir se développer une ville divisée.