Dassetto Felice

Sociologue - Anthropologue, Professeur émérite UCL, Membre de l'Academie Royale de Belgique

Envie de rester au courant des derniers articles ?

Abonnez vous au flux Rss

Une pensée jihadiste-terroriste clairement énoncée.
Analyse d’un article qui justifie les « attentats sur la voie prophétique ».

 

Felice Dassetto

30 mars 2016

 

Depuis les attentats à finalité terroriste, qui témoignent d’une radicalité extrême, on se demande comment des personnes aboutissent à commettre de tels actes. Les arguments qui tentent de donner des explications uniquement par une référence au contexte social (chômage, discriminations, etc.) ou à des aspects géopolitiques ou à l’histoire coloniale sont bien insuffisants. Des psychiatres tentent d’y voir clair à partir des constructions des personnalités. Il faut admettre qu’il y a une convergence et une pluralité de causes et de raisons. (Je me permets de renvoyer à mon texte Radicalisme et djihadisme. Devenir extrémiste et agir en extrémiste, dans www.uclouvain.be/Cismoc,juin 2014).

Parmi ces multiples causes il ne faut pas ignorer les idées, leur force car dans tout radicalisme et dans tout terrorisme la construction idéelle pèse lourdement. L’être humain fonctionne par la construction idéelle produite par sa raison et par ses passions. Des écrits, des paroles, des images véhiculent, construisent le radicalisme combattant et celui terroriste.

Le texte que je vais analyser est issu de la livraison de février 2016 de la revue électronique Dar al-Islam, produite par Daesh en langue française donc à destination surtout de la jeunesse musulmane francophone européenne. Le titre, « Attentats sur la voie prophétique » est assez parlant, mais on comprendra tout le sens et la portée de ce texte dans la suite.

Lire la suite...

Après le 22 mars et les attentats de Zaventem et du métro. Pour aller de l'avant.

Felice Dassetto

23 mars 2016

 

En général dans ce blog, l'écris avec le profil qui est le mien, celui d'un professionnel de l'analyse sociologique, qui tente, par ses outils, d'analyser les réalités de nos sociétés contemporaines.
Le texte d'aujourd'hui, tout en restant, je pense, dans la cadre d'une analyse, dit les choses de manière plus directe. Ce ne sera pas la norme pour les textes à venir.

Comme on pouvait s’y attendre, un nouveau coup a été frappé par une action jihadiste aux conséquences très graves. Le drame, la compassion pour les victimes et leurs familles, l’émotion, ne doivent pas nous empêcher de tirer les leçons et de penser la suite.

1.À l’heure actuelle on pourrait dire que l’hypothèse la plus probable pour comprendre la logique de cet attentat bruxellois est de le situer comme un des derniers coups de queue du noyau qui a perpétré les attentats du 13 novembre à Paris. On pourrait privilégier cette hypothèse plutôt que celle d’un nouveau noyau qui aurait été réveillé.

Lire la suite...

2015 : année de questions et de zones d’ombre

Felice Dassetto

Noël et Solstice d’hiver 2015

Chacun d’entre nous fait le bilan du temps qui passe à partir de ses sensibilités et de son vécu, de l’attention qu’il a portée à l’un ou l’autre événement en fonction de ses propres attentes. Mon bilan de cette année est, plus que jamais, celui des questions qui n’ont pas toutes les réponses, ou plus exactement, des questions dont on verrait théoriquement des réponses possibles et des voies d’issues, mais dont les voies d’issues semblent actuellement bouchées, impensables. Ce qui pose des questions au sujet de la construction des évidences, des pesanteurs sociales et des logiques de domination.

Je rentiendrai quatre zones d'ombre de cette année. Les faits sombres des attentats du début et de fin d'année et ce qu'ils impliquent comme zone d'ombre qui plane sur l'ensemble du monde musulman. Je poursuivrai avec les zones d'ombre du développement de la mondialisation conteporaine qui nous engage tous dans une course folle, alimentée de promesses ou d'illusions d'avenir économique, technologique, culturel. Je poursuivrai en m'interrogeant brièvement  à propos des vagues migratoires contemporaines. Et enfin, l'actualité et l'engouement contemporain m'amène à m'interroger au sujet de Star wars: une zone d'ombre de propagation d'un certain type de culture. Et pour finir je dirai juste un mot de saison à propos de toute ma perplexité concernant les Plaisirs d'hiver bruxellois.

Lire la suite...

Les attentats du 13 novembre  à Paris.

Esquisse d’une sociologie d’un acte jihadiste à finalité terroriste de grande ampleur([i]).

Felice Dassetto

9 janvier 2016

 

Ce texte entend éclairer des aspects sociologiques qui émergent à partir d'une analyse de l'entreprise jihadiste à finalité terroriste du 13 novembre 2015 à Paris. Ce n'est donc pas avant tout une analyse du modus opérandi (tâche de l'enquête judiciaire et policiaire). Il s'agit d'une ébauche d'étude des fonctionnements sociologiques propres à cette entreprise et à son contexte, conduisant l'analyse à partir des acteurs, sociologiquement situés et de leur agir. Qui sont-ils en tant qu'acteurs sociaux? Comment agissent-ils en tant que collectif? Quel contexte rend possible quelle action?

Lire la suite...

2050 : Avenir en catastrophe ?

À propos d’une exposition aux Musées des Beaux arts de Bruxelles et des thèses de Jacques Attali.

Felice Dassetto

10 octobre 2015

 

Les Musées royaux des Beaux-arts de Bruxelles ont organisé une exposition étonnante : « 2050 : Une brève histoire de l’avenir », qui sera visible jusqu’au 24 janvier 2016.

Cette exposition a comme point de départ et comme fil conducteur le livre de Jacques Attali, Une brève histoire de l’avenir (publié en 2006 chez Fayard et réédité en poche) et a été lancée à grand renfort de communication relayée par les médias. Ce livre est une synthèse de thématiques développées dans les ouvrages précédents.

À l’époque de sa première publication, le livre avait déjà suscité des débats.

Lire la suite...