Dassetto Felice

Sociologue - Anthropologue, Professeur émérite UCL, Membre de l'Academie Royale de Belgique

Envie de rester au courant des derniers articles ?

Abonnez vous au flux Rss

Le « national » ou quelque chose qui lui rassemble.

En marge des débats et des polémiques de France (Sarkozy etc.) et d’ailleurs sur la « nation »

 

Felice Dassetto

25 octobre 2016

Nicola Sarkozy a fait de « l’identité nationale » française son cheval de bataille électoral dans la course à la présidence française. Déjà en 2009, pendant son mandat de Président de la République, il avait chargé le ministre « de l’Immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du Développement solidaire », Eric Besson, de mener une réflexion sur le sujet qui devait aboutir à une grande conférence nationale. La conférence n’a pas eu lieu tellement la cacophonie était grande. Et maintenant, Nicolas Sarkozy, retape le clou et il n’y va pas de main morte, presque à la caricature. Le 19 septembre dernier dans un discours à Francoville, en Val d’Oise, disait : « Quelle que soit la nationalité de vos parents, jeunes Français, au moment où vous devenez français, vos ancêtres, ce sont les Gaulois et c’est Vercingétorix ». Le propos devient ridicule.

Et c’est dommage, car l’idée de « nation » mérite réflexion. Je ne partage pas l’idée de ceux qui rejettent l’idée de « nation » en la ramenant automatiquement au « nationalisme », ni avec ceux –et en Belgique ils sont nombreux- qui disent « Bof, ce sont des foutaises ».

Je voudrais essayer d’expliciter brièvement ma compréhension sociologique de l’idée de « nation ».

Lire la suite...

Voilées et féministes : échanges

 

Felice Dassetto

30 septembre 2016

 

Dix-sept femmes musulmanes, constituant un « collectif de citoyennes musulmanes », ont publié dans La Libre Belgique du 16 septembre 2016 un intéressant article d’opinion intitulé « Voilées et féministes ». Les auteures du texte m'ont fait remarquer que ce titre est  celui de la rédaction de la Libre Belgique dans l'édition papier  et que leur titre original est: "Citoyennes, féministes et  musulmane". Elles ont demandé et obtenu de la part  de la Libre Belgique de garder le titre original dans la version électronique (http://www.lalibre.be/debats/opinions/citoyennes-feministes-et-musulmanes-57dabba635704b54e6c338cc).

Dans ce texte, elles affirment leurs engagements multiples au sein de la société ainsi que leurs pratiques différentes, les unes portant le voile, les autres non. Cet article prend position en faveur du port du foulard islamique. Il en appelle aux femmes afin de s’engager dans la lutte pour des questions plus importantes et notamment à combattre contre « les inégalités et injustices de tout genre, à commencer par celles qui frappent les femmes ». En amont de son ton quelque peu polémique, il me semble que l’argumentation de ce texte en appelle au débat.

Je pense et je l’écris depuis des années, qu’ il importe que sur un certain nombre de questions relatives à l’islam dans la cité, il y ait un débat, sous le mode de la discussion, de l’écoute des autres, non pas sous le mode de l’invective, de l’accusation, de la polémique, du style de la plupart des débats télévisuels, de la controverse, dans lesquels chacun lance à la figure de l’autre sa vérité sans entendre les arguments de l’autre. Débat-discussion, dans lequel les arguments respectifs sont présentés et discutés dans le respect. Je pense également que ces débats doivent être vécus par tout le monde dans la réciprocité, dans le sens où, sur pas mal de questions, personne ne détient la vérité et que la pensée critique a avantage à s’exercer à l’égard de tout le monde si on veut construire une vie commune.

Je vais essayer de discuter, de prolonger certains arguments avancés.

Lire la suite...

Les deux guerres contre le radicalisme jihadiste

 

Felice Dassetto

20 juillet 2016

Un nouvel attentat de masse a eu lieu. D'autres auront lieu. Et surtout on ne sait pas quand les mentalités changeront. L'Europe et la Belgique, musulmans compris, restent immobiles ou se limitent à quelques actions sans vision de moyen-long terme. Jusqu'à quand? Car le radicalisme jihadiste et l'islamisme ont une vision, une stragéie. Ceux d'en face, Etats, populations, musulmanes ou non,  n'ont pas de vision ni de stratégie. Ils fonctionnent au coup par coup quand çà va bien; ou bien détournent le regard ou bien ils gesticulent. Jusqu'à quand?

Lire la suite...

11/9 : au-delà des commémorations

Première version en septembre 2011, mise à jour en septembre 2016.

 

Felice Dassetto

7 septembre 2016

Le dixième anniversaire des attentats du 11 septembre 2001 avait donné lieu à des commémorations émues sur les lieux des attentats et ailleurs dans le monde. Elles avaient été également l’occasion de nombreuses publications qui se sont souvent centrées à la restitution chronologique des événements ou d’une partie des événements qui ont suivi le 11/9.

Cinq ans sont passés et des lourds évènements ont rebondi dans le monde musulman à commencer par ce qu’on a appelé le Printemps arabe et ce qui en est suivi.

Ce texte propose une lecture sous l’angle sociologique de trois aspects.

Lire la suite...

Hommes de malheur 

Felice Dassetto

17 juillet 2016

Dans ces dernier mois, comme le mois précédents, nous avons été confrontés à de nombreuses agressions physiques violentes : la tuerie d’Orlando, l’assassinat d’un policier et de sa compagne tués à Magnanville, des hooligans qui déferlent autour des stades de football, l’assassinat de la députés Jo Cox, les violences réciproques de Dallas, les nombreux attentats, du Bengladesh à Nice en passant par Istanbul ou Bagdad ou par d’autres actes du genre qu’on oublie de mentionner, car ils semblent faire partie de l’ordinaire de vie de nombreuses sociétés. Sans compter les violences de certains Etats ou les violences aux gants blancs, mais parfois rougis de sang, d’une économie agressive et conquérante, même si teintée du clinquante du progrès technologique et de la séduction publicitaire.

Il s’agit donc de faits de violence, et de violence extrême, dans des domaines divers. Ils n’ont rien en commun, sauf qu’ils sont commis dans leur grande majorité par des hommes, par des « mâles ».

Lire la suite...